Portugais @ Créteil

Logo du site

En Seine-Saint-Denis, des Actions pour la Coopération Décentralisée et la Paix

 
En Seine-Saint-Denis, des Actions pour la Coopération Décentralisée et la Paix

 

Depuis 1997, le Conseil Général a décidé de donner une dimension supplémentaire à son action en engageant de véritables coopérations avec des collectivités étrangères. Une façon d’impliquer les habitants sur des projets concrets et durables, de construire des rapports basés sur l’échange et le partenariat, de promouvoir la paix, de contribuer à donner un sens plus humain à la mondialisation.

District de Setúbal

Le 3 Juin 1998, une charte de coopération est signée entre le Département de la Seine-Saint-Denis et l’Association de municipalités du district de Setúbal. Le champ d’action prévu par cette charte concerne les questions d’aménagement du territoire, la modernisation administrative, la protection de l’environnement, l’assainissement des eaux, les transports, les énergies renouvelables, la vie culturelle et sportive, les échanges entre jeunes, la santé publique, l’insertion sociale, la toxicomanie et la constitution de partenariats croisés avec d’autres collectivités de la communauté des pays de langue portugaise.

Beaucoup de points communs réunissent la Seine-Saint-Denis et l’association de communes qui forment le district de Setúbal. Toutes deux sont situées sur le territoire de l’Union Européenne. Toutes deux font partie de l’agglomération de la capitale. Toutes deux ont en comun des politiques sociales audacieuses et le souci de l’égalité des chances. Toutes deux donnent la priorité au service public. D’autre part, une importante et active communauté d’origine portugaise, soit 68 000 personnes, vit en Seine-Saint-Denis. 

Matola

Le 1er Juillet 1999, une convention de coopération décentralisée a été signée entre le Département de la Seine-Saint-Denis et la municipilité de Matola, au Mozambique. Les points sur lesquels les deux collectivités ont décidé de coopérer sont la jeunesse, l’éducation, la santé, l’environnement, la culture, la formation, le sport, les domaines techniques.

Comme la Seine-Saint-Denis, la ville de Matola est située à proximité de la capitale et dispose de vastes zones industrielles en développement.

 

La coopération entre la Seine-Saint-Denis et Matola peut s’appuyer sur un partenariat croisé avec l’association de municipalités du district portugais de Setúbal. A terme il est envisagé de développer un axe de coopération entre le Département et d’autres collectivités de langue portugaise. A Setúbal et Matola, pourrait ainsi s’ajouter une collectivité au Brésil, une façon de "faire à l’envers" le chemin de l’esclavage.

 



 

Pour toute information :

Département de la Seine-Saint-Denis - Conseil Général
Mission pour la Coopération Décentralisée et la Paix
Marie-Hélène Chambrin - mchambrin@cg93.fr
Téléphone : 01 43 93 77 61 - Télécopie : 01 43 93 77 62
Hôtel du Département
B.P. 193
93003 Bobigny Cedex
 


 

Elèves mozambicains en Seine-Saint-Denis


 

En décembre 2000, dans le cadre de la coopération entre le Département de la Seine-Saint-Denis et la ville de Matola, située dans la banlieue de Maputo, un groupe de jeunes mozambicains, accompagnés par leur professeur, a effectué un séjour d’une semaine en Seine-Saint-Denis. Un des moments forts de leur séjour a été la visite du lycée Jean Zay, à Aulnay-sous-Bois, et la rencontre avec des élèves de cet établissement, où le portugais est enseigné depuis plusieurs années. Les élèves de portugais du collège du Parc à Aulnay-sous-Bois et du collège Paul Painlevé à Sevran se sont joints à eux et une collation leur a été offerte.

Cet échange fait partie des projets prévus lors de la signature du protocole de coopération entre Matola et la Seine-Saint-Denis, en juillet 1999, auquel s’est jointe également l’Association des Municipalités du District de Setúbal, en juillet 2000. Ces accords, qui s’inscrivent dans une politique de solidarité et de culture de la paix, prévoient aussi des aides concrètes dans les domaines les plus divers, comme la santé, la culture et l’éducation.

Rappelons que le Mozambique sort d’une guerre civile qui a duré près de 20 ans, faisant de très nombreuses victimes, notamment à cause des milliers de mines antipersonnel qui truffent encore aujourd’hui son territoire. Et les fortes inondations de ces derniers temps n’ont fait qu’aggraver la situation, vidant les campagnes de leurs populations. En effet, celles-ci affluent en grand nombre vers les villes, où les conditions de vie deviennent très précaires. Une collecte de fonds au profit des victimes des inondations a été organisée par le Département de la Seine-Saint-Denis. Par ailleurs, afin de compléter le financement permettant la construction d’une école primaire à Matola, où 1300 familles ont été déplacées suite aux inondations, l’Association pour le Développement des Etudes Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA) a remis au Conseil général de la Seine-Saint-Denis un chèque de 27000 francs qui sera versé à Handicap International, association présente sur le terrain depuis une dizaine d’années et qui assure le suivi de l’ensemble du projet pour ce département de l’Île-de-France.

Enfin, dans le cadre d’une large campagne de sensibilisation aux mines antipersonnel, une plaquette de 16 pages sera réalisée, contenant des préfaces de personnes et entités représentatives, et une dizaine de textes d’auteurs lusophones traduits par les élèves étudiant le portugais. Parallèlement, d’autres textes seront traduits à Matola par des jeunes apprenant le français. En Seine-Saint-Denis, ce travail, qui fera l’objet d’une publication, est déjà engagé par Agnès Lévecot, professeur de portugais au Lycée Jean Zay, d’Aulnay-sous-Bois, en collaboration avec d’autres professeurs et associations françaises et portugaises du département.